Les Irréguliers : De l’épouvante chez Sherlock Holmes. Sortie le 26 mars 2021 sur Netflix. Les irréguliers de Baker Street met en avant une bande de jeunes occasionnellement sollicitée par le détective durant ses aventures. Dans l’œuvre originale ce sont plutôt des gamins des rues. Ils sont ici plus proches de pré-adultes et deviennent les principaux protagonistes. Ils se confrontent à des phénomènes paranormaux et à d’horribles crimes. À eux d’en résoudre les mystères !

Vidéos Note & Avis Voir sur Netflix

Avouons que l’idée de départ est intéressante. Le paranormal rôde autour de la franchise. En 2009, le film de Guy Ritchie avec Robert Downey Jr. et Jude Law tournait autour du mysticisme. Londres de cette période est aussi le triste décors de Jack l’éventreur. Reste à découvrir l’adaptation en présence qui nous ait offerte. À l’heure où nous écrivons ses lignes, c’est l’une des dix séries les plus regardées sur Netflix.

Puisqu’à première vue, c’est vrai qu’elle a des atouts pour plaire. Des jeunes dans les rôles principaux pour attirer une bonne partie du public de la plate-forme. Une histoire qui semble horrifique et ésotérique avec le nom de celui qui est peut-être le plus célèbre détective au monde. Ce dernier n’est d’ailleurs plus très disposé à travailler. Pour une raison liée à l’intrigue que la série révélera. Son fidèle coéquipier, le docteur Watson, va devoir chercher de l’aide pour des affaires bien étranges. (Un Watson qu’ils ont réussi à rendre de notre point de vue antipathique de par son comportement.)

Les adolescents vivent ensemble dans les quartiers de l'East End.
Les adolescents vivent ensemble dans les quartiers de l’East End.

Paranormal Activity

C’est donc chez des adolescents désœuvrés, personnages très secondaires de l’œuvre originale, que le bon docteur va chercher du soutien. Cette équipe se compose tout d’abord de Béatrice. Elle est la meneuse du groupe et elle n’a pas froid aux yeux. Billy, qui est le personnage costaud de la bande. Spike, le petit gars futé qui se faufile partout. Et Jessie, la sœur de Béatrice. Elle est naïve et peureuse (ce qui n’est pas pratique quand vous devez participer à des enquêtes sur le paranormal). Cela étant dit, elle va développer d’extraordinaires dons de medium qui vont se montrer redoublement utiles et susciter des convoitises.

Si bien que c’est avec une certaine logique que Watson va faire appel à eux. Au départ il va même leur déléguer le travail sans trop se soucier de mettre leurs vies en péril. Ce groupe va devenir le seul rempart et espoir face aux ténèbres. Car les événements n’ont pas l’air d’inquiéter plus que ça les autres habitants et les autorités ne se bougent pas vraiment. Soit…

Les deux sœurs vont devoir se serrer les coudes face au mal qui les guette.
Les deux sœurs vont devoir se serrer les coudes face au mal qui les guette.

À cette bande « d’enfants des rues » vient se greffer Leopold. Disons qu’il est un jeune de la très haute société. Il veut sortir de son château et aspire à une vie normale dans le « monde réel ». On aurait pu à s’attendre à l’aristocrate cliché. Il se révèle très vite à nos yeux l’un des personnages les plus intéressants et touchants. Même s’il prendra finalement la place de l’intellectuel du groupe qui sort son gros livre pour trouver la solution !

Une série élémentaire

Londres est donc en proie à des manifestations terrifiantes où des personnes sont sauvagement assassinées, enlevées, mutilées. On notera que contrairement à ce que l’on pourrait croire, il n’y a pas de surenchère dans l’horreur. C’est glauque à des moments, mais on nous épargne un surplus d’hémoglobine ou de violence. Cela reste du mainstream. Au sujet de la ville en elle-même, c’est l’un des aspects soignés de la série. Les décors de l’urbanisme victorien fonctionnent, les ruelles, les quelques plans en hauteur, les appartements. Visuellement la photographie a du charme.

Comme le dit la bande annonce, quelqu’un a ouvert une brèche entre notre monde et l’au de-là. Des gens acquièrent des pouvoirs maléfiques et s’en servent à des fins sordides. D’amblé, les jeunes et les habitants de la ville ne vont pas en être si surpris. Le paranormal semble être pris comme quelque chose d’existant dans l’univers de la série.

Une série qui se veut effrayante mais qui reste en réalité accessible à un large public.
Une série qui se veut effrayante mais reste en réalité accessible à un large public.

Les enquêtes vont débuter et c’est paradoxalement là l’un des problèmes de la série. Les révélations manquent d’inspiration et ne demeurent pas très recherchées. Les jeunes tombent facilement sur les indices qui les mènent aux coupables. Et lorsque cela bloque, Jessie peut dans certains cas utiliser son pouvoir pour en découvrir davantage. Le surnaturel est aussi prétexte à tout expliquer. Les déductions tombent quelque peu à plat et cela part un peu dans tous les sens.

Les irréguliers de Baker Street dispose d’un format avec une « mini-investigation » par épisode. Celles-ci rejoignent en fin de compte une trame principale qui déroule le fil du récit. Tout est donc assez vite expédié et simpliste. Rappelons que nous sommes quand même avec la franchise de l’un des plus fameux détective ! C’est donc forcément un peu décevant.

Affaire résolue

Dans Les Irréguliers de Baker Street, Sherlock Holmes n'est pas au summum de ses talents d'investigateur.
Dans Les Irréguliers de Baker Street, Sherlock Holmes n’est pas au summum de ses talents d’investigateur.

Heureusement que la série évite les longueurs en cherchant à aller droit au but. Tout du moins au début. D’autant plus que nous n’échappons pas à une romance et à un trio amoureux. On peut se demander si c’était nécessaire à la série. On a le sentiment qu’elle avait un cahier des charges à remplir. Il y a aussi un problème avec la direction des acteurs. Nous avons trouvé leurs jeux et les doublages assez inégaux.

On a également quelques fois l’impression que les dialogues pourraient être prononcés par des personnes d’aujourd’hui. À cela s’ajoute des musiques venues d’ailleurs de style pop électro viennent aussi s’incruster. Comme si elle provenait d’une autre source. Elles disparaissent bizarrement à un moment donné. C’était déjà la même chose dans Tribes of Europa. Une série qui drague sensiblement le même public.

Vidéos Les Irréguliers de Baker Street

Les Irréguliers de Baker Street

NOTE & AVIS
Verdict

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici