Wandavision : Le mariage réussi de Marvel et Disney+. La série autour des avengers Wanda et Vision a été lancée le 15 janvier 2021. Après des premiers épisodes intriguant et déroutant, Wandavision s’est hissé à la première place des séries les plus regardées en ce début d’année 2021. Générant plus d’un demi-millions de tweets à chaque épisode. Des serveurs américains sont tombés en panne lorsque trop d’utilisateurs ont voulu cliquer pour lancer l’épisode final.

La série a aussi suscité un bon nombre de théories sur les réseaux sociaux. L’imagination des fans dépassant souvent largement ceux des scénaristes ! L’acteur Paul Bettany (Vision) en a même joué en dévoilant un faux indice sur ce qu’il allait s’y passer. Du reste, ce succès est-il mérité ? Décryptage.

Vidéos  Note & Avis  Voir sur Disney+

Ce qu’il faut savoir avant de regarder

Ces derniers années, Marvel a inondé le marché télévisuel avec une succession de films de super-héros avec l’envie de créer un univers connecté entre les histoires et les personnages des films. À l’instar des bandes dessinés en l’occurence. Suscitant finalement la critique d’un manque d’innovation.

Cette fois-ci, Disney et Marvel ont décidé de proposer quelque chose de décalée, d’osée et de très mystérieux. Dans un même temps, Wandavision inaugure (à la place de Black Widow, reporté) la phase 4 de ce fameux « Marvel Cinematic Univers » à travers cette série. Elle est en lien avec le deuxième volet de Doctor Strange : In the multiverse of madness prévue pour 2022.

Wandavision se déroule après Avengers : Endgame. Certains éléments sont incompréhensibles si vous n’avez pas vu le dernier film Avengers. Encore pire si vous ne connaissez pas du tout les super-héros Marvel. En même temps, les bandes dessinés existent depuis les années soixante. Une vingtaine de films sorties depuis vingt ans. Si vous êtes passé à côté, ce n’est peut-être pas pour vous où il faudra peut-être découvrir les bases et revenir plus tard !

Les premiers épisodes en noir blanc avec des scènes typiques des anciennes séries.
Les premiers épisodes en noir blanc avec des scènes typiques des anciennes séries.

Shakman

Matt Shakman est aux manettes de Wandavision.
Matt Shakman est aux manettes de Wandavision.

Ce n’est pas le nom d’un super-héros mais celui du réalisateur. Si ce nom ne vous dit rien, il annonçait déjà quelque chose de potentiellement intéressant pour Wandavision. Car Matt Shakman a déjà travaillé sur pas mal de séries comme l’excellente The Boys sur Amazon Prime Video. Il a aussi dirigé le tournage deux épisodes de Game of Thrones (« les butins de guerre » et « Fort Levant », saison 7, épisode 4 et 5). Rivalisant d’ingéniosité au niveau de la mise en scène pour l’épisode 4, ce qui lui vaudra d’être nommé aux « DGA Awards » : Des récompenses décernées par des professionnels du cinéma américain. Ce talent pour la mise en scène, Shakman va le mettre au service de Marvel dans un tout autre registre.

Un étrange show

L’entrée en matière risque de déconcerte plus d’une personne. Même les gens habitués à Marvel. En effet, lorsque l’on visionne les premiers épisodes, nous nous retrouvons face à un véritable ovni télévisuel. Qui nous semble à la fois familier et singulier. Les deux personnages principaux, Wanda et Vision, super-héros bien connus des Avengers (même si ce ne sont pas les plus célèbres), se retrouvent ici plongé dans une véritable sitcom. Vous savez, ces séries mettant en scène un couple et leurs amis, une famille, avec des situations ubuesques et des rires en fond… Tant bien que l’on se demande ce que l’on est en train de regarder. La réalisation et l’intrigue sortent véritablement le téléspectateur de son confort.

Après des premiers épisodes en noirs et blancs, la couleur apparaît par magie dans Wandavision.
Après des premiers épisodes en noirs et blancs, la couleur apparaît par magie dans Wandavision.

Les épisodes font référence à un panel de séries, des années 50 jusqu’au début des années 2000. On y retrouve par exemple Ma Sorcière bien Aimée. Ce qui est bien trouvé quand on pense que Wanda est plus connu sous le nom de Scarlet Witch dans les comics. En réalité, il suffit de regarder la bande annonce ou simplement le premier épisode pour s’apercevoir qu’il y a quelque chose qui cloche et que tout ceci n’est pas normal. Ce format de sitcom semble être une illusion. Possiblement provoqué par quelque chose. Qui ? Quoi ? Pourquoi ? Comment ? C’est ce que la série va nous inviter à découvrir.

La vérité est ailleurs

Avec Wandavision, nous avons l’impression de regarder une série à ll’intérieur d’une autre. Ce qui est plutôt original. Wandavision brise aussi ce que l’on appelle le quatrième mur, qui consiste à ce que les personnages s’adressent directement aux téléspectateurs. À vrai dire, il est difficile de commenter davantage Wandavision sans spoiler. L’un des intérêts de son scénario étant basé sur son mystérieux format qui se distille au fil des épisodes. Nous n’en dirons donc pas davantage !

Wanda passera par toutes les émotions, ce qui donne l'occasion à Élizabeth Olsen de déployer tous ses talents dans ce rôle principale.
Wanda passera par toutes les émotions, ce qui donne l’occasion à Élizabeth Olsen de déployer tous ses talents dans ce rôle principale.

Wandavision va inévitablement laisser de côté des téléspectateurs. Entre ceux qui vont être curieux de continuer et de voir le mystère se révéler peu à peu. Et ceux qui n’iront pas chercher plus loin et que le format sitcom du début va faire fuir. De notre point de vue, l’angle est audacieux, c’est très travaillé au niveau de l’esthétique avec une multitude des clins d’œil et multiples références « meta » ou étrangères. D’autre part les acteurs sont convaincants. Surtout Élizabeth Olsen. Beaucoup ont salué les différents jeux de l’actrice dans ce rôle principale. Une dernière chose, sachez qu’à l’instar des films, la série est friande de scènes post-génériques (un épisode en contient deux !).

Vidéos de Wandavision

Wandavision

NOTE & AVIS
Verdict

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici